Atelier-concert participatif pour les secondes option musique et arts plastiques

Atelier-concert participatif pour les secondes option musique et arts plastiques


avec Elsa Balas, Maxime Echardour et Mathieu Steffanus.

Partenariat avec le Festival d’Automne à Paris


L’atelier partagé avec l’Instant Donné en novembre a été réinvesti par les élèves tant en

arts plastiques qu’en musique autour de l’objet de la partition graphique.

Ce 20 janvier, le programme était ramassé sur la deuxième moitié du XX ème siècle, les

musiciens ont présenté et joué des pièces de Loïc Guénin, ont parlé du travail de Marius

Constant et ont invité les élèves à s’essayer à une interprétation d’une pièce d’ Earle Brown,

mise en lien visuel avec les mobiles de Calder.




Les musiciens ont explicité la manière dont ils travaillent à partir des partitions graphiques

des compositeurs, les éventuelles transcriptions, comment ils choisissent leurs instruments

et comment ils jouent finalement ensemble, en prenant notamment exemple sur « Chemin »

de Loïc Guénin, œuvre musicale conçue à partir de photographies de Vincent Labaume.



Passé le côté déroutant de ce type de musique, Maxime Echardour a justement pu expliquer,

comment ce travail qui questionne, étonne, est important pour la recherche musicale,

comment en sortant des habitudes on peut créer de nouvelles façons de jouer, bien sûr

d’écrire la musique, mais aussi d’en écouter, d’en présenter, occasion de faire le lien avec

l’installation de Venables visitée en octobre.

La deuxième partie de l’atelier-concert a été un beau moment d’échange entre tous, élèves

et musiciens autour des partitions imaginées par les élèves en arts plastiques. Certaines

partitions, ayant été jouées par les élèves de musique et par les musiciens de l’Instant

Donné, ont montré convergences et divergences d’interprétations, autour de certains signes

graphiques, composition ou encore couleurs mises en œuvre.




Cette fois encore l’occasion de découvrir et jouer sur des percussions rares, comme les

Gamelans, parfois détournées de leur usage initial comme le Rhombe enrichit culture et

compréhension sensible d’une correspondance entre les arts.




Posts à l'affiche
Posts Récents