top of page

Les « arts plastiques » découvrent Delcy Morelos à la galerie Goodman



La seconde visite dans le cadre du partenariat avec la galerie Marian Goodman a été très riche :

Exposition d’une artiste ayant exposé à la biennale de Venise, Delcy Morelos, d’une part et présentation des métiers et parcours des acteurs au quotidien de la galerie.

Nous avons découvert de nouvelles œuvres très différentes de celles que nous avions vues précédemment. Cette fois-ci, l'exposition explorait le thème de la violence, en mettant particulièrement en lumière la situation en Colombie, pays d'origine de l'artiste. Plusieurs pièces représentaient des corps ou des coups de couteau, soulignant un message avec des formes linéaires et répétitives. Les couleurs, plutôt ternes, évoquaient le sang séché ou le manque de couleur causé par la violence. La répétition, manifeste dans les œuvres, était intrigante, notamment avec les couches de peinture créées par des répétitions successives.




Delcy Morelos aime créer des œuvres qui ont une forte matérialité visuelle, physique, derrière une forme abstraite que ce soit bi ou tri dimensionnel et même jusqu’à l’installation.

Les œuvres sont présentées dans deux espaces, les plus bidimensionnelles dans l’espace éclairé du rez-de-chaussée.


En descendant dans une autre partie de la galerie, l'atmosphère était radicalement différente. L’installation in situ (tendance « site responsive ») El oscuro de abajo, joue avec l’obscurité et son emplacement sous-terrain dans la galerie.

Une salle sombre, éclairée par quelques spots, contenait de la terre disposée au sol avec une odeur d'herbe séchée et d'épices comme la cannelle. La terre, formant une structure géométrique grâce à des pochoirs, conduisait à un passage obscur. Dans cet espace, l'obscurité permettait de discerner des détails dans la terre, créant une expérience captivante. Ce moment a également été marqué par des échanges verbaux sur nos perceptions individuelles, évoquant des sensations apaisantes, telles que l'odeur d'église.



Anaïs, Mélanie, Michaël et Raphaële ont ensuite présenté leur rôle et en quoi consiste leur travail dans la galerie. Ils ont aussi évoqué leur parcours d’études souvent différentes mais qui passent tous par de l’histoire de l’art.





Kommentare


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page