top of page

Arts plastiques : Tavares Strachan à la galerie Marian Goodman


La galerie Marian Goodman a été complètement transformée pour l’exposition de Tavares Strachan, un artiste né aux Bahamas.

L’exposition In Total Darkness est différente, bien sûr, les techniques utilisées par l’auteur comprennent également sculptures, dessins et installations, mais ce n’est pas tout !











La première salle ressemble à une salle d’exposition mais déjà là c’est différent : des dessins, des collages, des objets sont encadrés dans des boîtes transparentes et recouvrent tous les murs du sol au plafond. Nous parcourons ensuite 3 salles, qui ont toute une ambiance différente. Ces 4 espaces parsemés d’œuvres sont reliés par une histoire dite et chantée par 4 performers.



Nous nous sentons participant à l’œuvre grâce aux interactions entre les performers et nous. Notre déplacement est guidé, nous découvrons le passé des Haïtiens, des Africains victimes de l’esclavage et de la colonisation et partageons dans cette exposition une partie de leur culture :

rappel des ancêtres oubliés, le roi Henri Christophe, musique qui se transmet, importance des racines.


« In me they have only struck down the tree trunk ; the roots are merry and deep the tree will shoot up again » chanté et écrit dans une sorte de hutte est un bon résumé de l’œuvre-exposition visitée.

Avec son exposition Tavares Strachan donne à voir, fait revivre et diffuse des aspects de notre histoire qui sont encore invisibles.





La visite s’est poursuivie par la découverte de la librairie de la galerie qui présente des objets édités, multiples, des oeuvres plus petites et moins chères. Cette fois on pouvait y voir des oeuvres de Giulio Paolini.







Avec les textes et les images d’Alexandra, Hâger, Senmin et Yoko.